Un salon de l’emploi en Côte-d’Ivoire encourage la réintégration de 350 migrants de retour

Posted: 
09/17/19
Themes: 
Assisted Voluntary Return and Reintegration, EUTF

Abidjan - L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a aidé plus de 5 250 Ivoiriens bloqués à rentrer volontairement en Côte-d’Ivoire ces trois dernières années, depuis des pays comme la Libye, le Niger et le Maroc. En dépit des difficultés logistiques, le périple de retour s’est avéré être la partie la plus facile du processus. 

Les migrants de retour font face à des difficultés de réintégration dans leurs anciennes communautés. Ils peuvent être confrontés au rejet, à la stigmatisation d’être sans emploi et à la honte d’être revenus les mains vides.

Pour réduire ces difficultés, plus de 2 000 migrants de retour ont reçu une aide à la réintégration par le biais de formations et d’activités génératrices de revenu organisées dans le cadre d’initiatives financées par le Fonds fiduciaire d’urgence de l’Union européenne pour l’Afrique.

C’est dans cette optique que la semaine dernière, l’OIM a organisé un salon de l’emploi et de la formation pour les migrants de retour en Côte-d’Ivoire. Environ 350 jeunes hommes et femmes y ont participé.

L’événement ciblait les Ivoiriens rentrés chez eux entre 2017 et 2019 dans le cadre du programme d’aide au retour volontaire (AVR) de l’OIM qui fait partie de l’Initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants.

« Grâce à ce salon, j’ai réalisé que je n’étais pas livré à moi-même. J’ai choisi trois projets qui faciliteront ma réintégration dans la société. Je ferai de mon mieux pour avoir un avenir meilleur en Côte-d’Ivoire, au lieu de risquer ma vie dans la Méditerranée ou dans le désert. Si je dois un jour aller en Europe, je le ferai légalement et j’irai pour visiter puis je rentrerai chez moi », a déclaré Moussa, l’un des jeunes migrants de retour qui a participé au salon.

Pendant le salon de trois jours, 22 partenaires de l’OIM ont présenté toute une gamme d’offres d’emplois vacants couvrant divers domaines d’activité, comme la construction, l’élevage de volaille et le transport. Des postes sont proposés à travers toute la Côte-d’Ivoire, à Abidjan, la capitale, mais aussi à Bouaké, Daloa, Man, Gagnoa, San-Pédro et Korhogo.

Des anciens bénéficiaires de l’aide ont fait part de leurs expériences et conseils. L’OIM a également aidé certains participants à concevoir un projet professionnel durable adapté à leur profil et à leurs aspirations.

« Nous sommes heureux de participer à ce salon qui donne à ces migrants de retour une seconde chance de se réintégrer dans leur pays d’origine. Il était l’occasion pour nous de montrer toutes nos activités pour qu’ils puissent définir leur propre avenir », a déclaré Hyppolite Kakou, de l’Agence nationale pour la formation professionnelle (AGEFOP), partenaire de l’OIM.

En fonction des besoins et des aptitudes des bénéficiaires, les projets de réintégration peuvent être individuels, collectifs (fournis à plusieurs migrants de retour en groupe) ou communautaires, par exemple en faisant participer les migrants de retour en coopération avec les membres de la communauté.

Lors de la clôture du salon, tous les participants ont été encouragés à soumettre leurs objectifs professionnels pour étude et à s’enregistrer auprès des partenaires de l’OIM. Ils ont également pu participer à plus activités annexes comme des dialogues sur l’entreprenariat féminin et les difficultés de la réintégration. Les participants ont également assisté à des ateliers thérapeutiques/créatifs dans les domaines du théâtre, du slam et de l’art-thérapie.

« Les participants se sont exprimés librement dans un espace sans jugement. Ils ont besoin d’un suivi intensif et certains ont besoin d’être écoutés. Depuis leur arrivée, ils voulaient discuter, s’exprimer, partager leurs expériences et leur chemin. Grâce à l’art-thérapie, nous stimulons la créativité et la parole », a déclaré Souhad, art-thérapeute.

Cet événement a été financé par l’Union européenne dans le cadre de l’Initiative conjointe pour la protection et la réintégration des migrants.

Les efforts de l’OIM ont été soutenus par le gouvernement de Côte-d’Ivoire, représenté au salon de l’emploi par plusieurs structures de l’Etat, notamment la Direction générale des Ivoiriens à l’étranger (DGIE), la Direction de la protection de l’enfance (DPE), l’Agence pour l’emploi des jeunes (AEJ), l’Agence nationale pour la formation professionnelle (AGEFOP), et l’Agence nationale pour l’aide au développement rural (ANADER). Ces programmes de réintégration sont mis en œuvre conjointement par l’OIM en Côte-d’Ivoire et ses divers partenaires, les structures de l’Etat, des organisations de la société civile et des acteurs du secteur privé.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Lavinia Prati, OIM Côte-d’Ivoire, Tel. +225 80 07 01 27, email : lprati@iom.int

  • Over 350 participants attended the first job fair for returned migrants in Côte d’Ivoire. Photo: IOM/Mohamed Diabate