Un tiers des Afghans ont migré ou ont été déplacés depuis 2012

Posted: 
05/21/19
Themes: 
Internally Displaced Persons

Kaboul - Un Afghan sur trois a migré ou a été déplacé ces six dernières années, d’après un nouveau rapport de la Matrice de suivi des déplacements (DTM) publié par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) en Afghanistan. 

La DTM est un système qui recueille des informations sur les mouvements et l’évolution des besoins des populations déplacées, aussi bien sur place qu’en chemin. Lors de la dernière collecte de données réalisée en décembre 2018, l’OIM a couvert 11 443 communautés dans 390 districts des 34 provinces d’Afghanistan. 

Selon l’étude, depuis 2012, 3,2 millions de migrants et réfugiés afghans sont rentrés de l’étranger. La grande majorité (95%) est rentrée d’Iran et du Pakistan voisins. Les 5 pour cent restants se sont principalement tournés vers l’Europe et la Turquie (170 000). 

Bien qu’ils se soient installés à travers les 34 provinces, bon nombre (15% ou 49 000) d’entre eux sont restés dans la province de Nangarhar, à l’est du pays à la frontière avec le Pakistan. 

« Offrir des perspectives économiques à ces rapatriés est un facteur essentiel pour la réussite de leur réintégration », a déclaré Laurence Hart, chef de mission de l’OIM en Afghanistan. « C’est pourquoi l’OIM, avec le soutien financier de l’Union européenne, participe activement à la création de perspectives de travail indépendant et dans le secteur privé dans les zones où les retours sont nombreux, notamment à Nangarhar. » 

Sur cette même période de six ans, 3,5 millions d’Afghans ont été déplacés à l’intérieur du pays en raison du conflit armé, de la violence généralisée, des violations des droits de l’homme et des catastrophes naturelles. Pour les seules années 2016 et 2017, plus d’un million d’Afghans ont été déplacés chaque année, d’après les données de l’OIM. 

« Selon un récent rapport des Nations Unies, l’année 2018 a aussi connu un nombre record de victimes civiles en Afghanistan - autre moteur du déplacement », a fait remarquer Laurence Hart. 

La plupart des habitants qui ont fui l’Afghanistan depuis 2012 ont rejoint l’Iran voisin. Sur les 2,3 millions d’Afghans qui ont quitté le pays au total, 63 pour cent (1,4 million) sont allés en Iran, 22 pour cent (500 000) au Pakistan et seulement 12 pour cent (270 000) en Europe et en Turquie. La pression exercée pour qu’ils repartent ne cesse de croître. 

« Compte tenu des niveaux déjà élevés de déplacement interne dans de nombreuses régions d’Afghanistan, les capacités d’absorption de nombreuses provinces sont déjà saturées. Le potentiel retour massif d’Afghans pendant le deuxième semestre 2019 en raison de la détérioration des conditions de protection dans les pays d’accueil est une inquiétude majeure pour nous », a ajouté M. Hart. 

Pour plus d’informations, veuillez contacter l’OIM en Afghanistan, Michael Speir, Tel : +93 72 922 8859, Email : mspeir@iom.int. Ou Eva Schwoerer, Tel : +93 72 922 9129, Email : eschwoerer@iom.int

  • Des familles récemment déplacées de Badghis arrivent en périphérie de la ville d’Hérat. Photo : OIM