Une conférence régionale à Bruxelles est centrée sur la protection des droits des victimes de traite

Posted: 
01/26/16

France - « Protéger les droits des victimes de traite pour un processus de retour et de réintégration sûr et durable », tel était le thème d’une conférence régionale organisée à Bruxelles par le Bureau régional de l’OIM et de par l’OIM en France le 21 janvier.

L’événement a attiré 55 experts issus d’institutions et d’agences de l’Union européenne (UE), notamment Myria Vassiliadou, Coordinatrice de la lutte contre la traite de l’UE, des Etats membres de l’UE et des pays tiers, ainsi que des représentants de la société civile et des organisations partenaires.

La conférence était centrée sur la protection des victimes de traite et de leurs droits, en particulier lors du processus de retour et de réintégration, au titre de deux projets financés par l’UE dans le cadre de la Stratégie de lutte contre la traite de l’UE 2012-2016.

Les deux projets sont : CARE (Approche coordonnée pour la réintégration des victimes de traite rentrant volontairement d’Autriche, de Chypre, de France, de Grèce, d’Italie, de Pologne, de Portugal, d’Espagne et du Royaume-Uni) ; et ACT (Action transnationale – Retour sûr et durable des victimes de traite rentrant de France, de Grèce, d’Italie, de Pologne et d’Espagne vers les pays prioritaires : Albanie, Maroc et Ukraine).

La réunion a rassemblé des pays de destination, de transit et d’origine en vue de rendre compte des accomplissements et des défis à relever dans le domaine de la protection des victimes, en se basant sur l’expérience de CARE et d’ACT.

Parmi les principaux sujets de débat figuraient l’identification précoce des victimes, la traite des enfants et la recherche de solutions visant à intensifier les efforts de protection des enfants victimes de traite ou ceux exposés au risque d’être exploité. Il a également été mis en avant l’importance de mettre en place des mécanismes de coordination reliant les acteurs intervenant dans les domaines de la protection et de l’aide aux niveaux national et transnational.

« Environ la moitié des Etats membres de l’UE ont mis en place des mécanismes de renvoi nationaux afin de coordonner le travail des acteurs d’identification, de protection et d’aide, notamment en matière de santé, de justice, d’emploi, d’application des lois et de garde-frontières, de services sociaux et consulaires. C’est dans cet esprit, et en adoptant une approche centrée sur la victime, que la Commission européenne souhaite s’assurer que nous disposons d’un modèle de mécanisme de renvoi transnational pour l’UE. Je suis certaine que l’OIM est l’organisation la mieux placée pour le faire », a déclaré Myria Vassiliadou.

Le rapport de l’OIM intitulé Enhancing the Safety and Sustainability of the Return and Reintegration of VoTs, rédigé dans le cadre des projets CARE et ACT, a été lancé lors de la conférence, et présente les recommandations tirés de leur mise en œuvre ainsi que des réflexions sur la manière d’avancer vers l’adoption de mécanismes de renvoi nationaux et transnationaux qui fonctionnent en vue d’améliorer la protection des victimes.

« Nous espérons que les enseignements tirés contenus dans ce rapport seront utilisés par les Etats membres de l’UE pour mettre en œuvre de futures initiatives visant à rendre plus sûres les conditions de retour des victimes de traite, et nous engageons pleinement à soutenir la Commission européenne dans la création d’un modèle européen de mécanisme de renvoi transnational, qui devrait permettre d’accroître la rapidité de la réponse entre les Etats membres de l’UE et d’améliorer l’efficacité des systèmes de protection existants », a déclaré Irina Todorova, spécialiste de la lutte contre la traite au Bureau régional de l’OIM pour l’Europe.

Pour télécharger le rapport (en anglais), rendez-vous sur : 

http://iomfrance.org/sites/default/files/Enhancing%20the%20Safety%20and%20Sustainability%20of%20the%20Return%20and%20Reintegration%20of%20VoTs.pdf

Pour plus d’informations, veuillez contacter Chloe Taillard Yevenes, OIM France, Tel. +33 1 40 44 06 84, Email: ctyevenes@iom.int