Une ville d’Indonésie accueille des enfants migrants dans les écoles publiques

Posted: 
07/17/18
Themes: 
Migration and Youth, Refugee and Asylum Issues

Medan - L’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, et le Département de l’Education dans la ville indonésienne de Medan, ont signé un Mémorandum d’accord ouvrant la voie à l’inscription de 297 enfants réfugiés dans le système scolaire local, qui a commencé dès lundi.

Medan, ville portuaire de plus de deux millions d’habitants au nord de Sumatra, accueille actuellement 2 226 réfugiés et demandeurs d’asile. C’est la population migrante la plus importante dans un seul lieu en Indonésie.

Les enfants sont originaires de plus d’une vingtaine de pays différents, notamment d’Afghanistan, d’Iraq, de Somalie et du Myanmar. Ils rejoindront les enfants dans sept écoles de Medan le mois prochain.

Pour beaucoup, il s’agira du tout premier jour d’école officiel depuis qu’ils ont quitté leur pays d’origine. Pour certains, ce sera la toute première fois.

Parmi eux, 72 seront immédiatement inscrits dans leur système scolaire local, tandis que les autres seront inscrits progressivement pendant les trois à six prochains mois, après avoir suivi des cours de langue indonésienne que l’OIM a introduit au début de l’année. 

« En tant qu’êtres humains, nous sommes très inquiets pour les réfugiés, surtout pour les enfants en âge d’aller à l’école », a déclaré Hassan Basri, responsable du Département de l’éducation de Medan. « Mon département apportera tout son soutien pour s’assurer qu’ils puissent poursuivre leur scolarité. » 

Avant cet accord, l’OIM a proposé plusieurs options de scolarisation aux enfants migrants et réfugiés, notamment l’enseignement à domicile et des cours chez eux, tout en soutenant les centres d’apprentissage dirigés par des migrants. 

« Nous sommes ravis que le Maire (de Medan) ait opté pour notre proposition d’inscrire ces enfants à l’école publique », a déclaré Mariam Khokhar, coordonnatrice pour l’OIM à l’ouest de l’Indonésie. « Apprendre dans une école avec une structure permettra un semblant de retour à la normale. L’OIM distribuera des uniformes aux nouveaux élèves et continuera à mobiliser l’aide pour leur droit à l’éducation. » 

L’Indonésie est signataire de la Convention des Nations Unies pour les droits de l’enfant et les autorités locales à travers l’archipel reconnaissent de plus en plus l’importance de l’accès à l’éducation pour les enfants migrants et réfugiés. 

Ailleurs en Indonésie, l’OIM a obtenu, cette année, 56 places dans des écoles publiques dans la région de Jakarta et 60 à Massakar pour les enfants, pendant que leurs familles attendent une réinstallation dans un pays tiers. L’an dernier, elle avait obtenu 80 places. 

Les migrants eux-mêmes continuent de jouer un rôle essentiel dans la fourniture d’une éducation aussi bien aux enfants qu’aux adultes. Le mois dernier, à Pekanbaru, à quelque 650 kilomètres au sud de Medan, des migrants ont inauguré un centre d’apprentissage pour les jeunes qui servira de centre de coordination pour les activités pédagogiques et culturelles, notamment celles visant à aider la communauté d’accueil. Le centre imite un autre centre similaire installé à Medan l’an dernier qui permet aussi aux migrants de se débrouiller et d’aider leurs hôtes. 

Outre l’accompagnement éducatif, l’OIM fournit également à plus de 8 800 migrants et réfugiés temporairement bloqués en Indonésie, des abris, une sécurité alimentaire, et une aide médicale et psychosociale dans le cadre d’un programme financé par l’Australie. 

Pour plus d’informations, veuillez contacter Patrik Shirak, OIM Indonésie, Tel. +62215 7951275 ; Email : pshirak@iom.int

  • Refugee children yesterday attended their first day of school in Tangerang, near Jakarta. Photo: Dayinta Pinasthika / IOM 2018

  • :  IOM’s Mariam Khokhar and Medan City Department of Education officials led by Hasan Basri  (centre right) sign the agreement to provide access to public education for refugee children. Photo: Dewi Manurung / IOM.