« WAKA by IOM X » : aider les jeunes au Nigéria et en Guinée à prendre des décisions éclairées en matière de migration

Posted: 
12/17/19
Themes: 
IOM

Dakar – L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et les membres de la communauté d’Oredo et d’Ikpoba Okha, dans l’Etat nigérian d’Edo, et ceux de Matoto, à Conakry, en Guinée, ont lancé, cette semaine, les campagnes WAKA by IOM X (Waka signifie bouger en anglais pidgin), avec le soutien des autorités locales.

Les campagnes visent à prévenir l’exploitation associée à la migration irrégulière en permettant aux jeunes à Matoto, en Guinée, et à Oredo et Ikpoba Okha, au Nigéria, de prendre des décisions éclairées en matière de migration.

Des vidéos réalisées par la communauté encourageant les jeunes à prendre des décisions éclairées concernant leur avenir, qu’il soit au pays ou à l’étranger, ont été produites dans le cadre des campagnes.

Les vidéos ont été réalisées par les communautés à l’issue d’ateliers participatifs qui ont rassemblé plus de 55 membres des communautés d’Oredo, d’Ikpoba Okha et de Matoto entre août et décembre cette année.

En Guinée, dans une série de sept vidéos qui remettent en question la définition traditionnelle du succès et d’être riche, des entrepreneurs racontent leur expérience et les difficultés qu’ils ont rencontrées en créant leurs entreprises prospères.

Au Nigéria, Check Am Well, un docu-fiction de dix minutes, raconte les histoires de deux jeunes, Esosa et Osahon. De par leurs expériences différentes, notamment un périple migratoire, la rencontre d’autres migrants de retour et le dialogue avec d’autres membres communautaires, ils sont tous deux parvenus à la conclusion que la migration sûre était la meilleure option et pour ceux qui ne souhaitent pas suivre cette voie, il existe des possibilités chez eux.

« L’objectif des membres communautaires qui ont créé le contenu multimédia WAKA est de s’assurer que les vidéos aient un impact pour les jeunes issus de ces communautés et que ces informations les aideront à les protéger de l’exploitation qui peut résulter des mauvaises informations véhiculées », a déclaré Mia Barrett, responsable de l’Unité de sensibilisation au Bureau régional de l’OIM pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale.

Un rapport de l’OIM montre que plus d’un migrant sur trois aidés au retour volontaire par l’OIM le long des principaux itinéraires de migration est soit guinéen, soit nigérian. Oredo, Ikpoba Okha et Matoto sont les principales communautés d’origine des migrants de retour au Nigéria et en Guinée respectivement.

En Afrique de l’Ouest, certaines familles dépendent grandement des rapatriements de fonds envoyés par leurs enfants et conjoints. La pression de migrer pour le compte de la famille toute entière peut donc être considérable. La migration irrégulière depuis le Nigéria et la Guinée est principalement dirigée vers l’Europe en passant par l’Afrique du Nord, en empruntant quasi exclusivement l’itinéraire de la Méditerranée centrale. Les migrants irréguliers le long de cet itinéraire sont confrontés à la violence, à l’exploitation et à d’autres exactions.

Le manque d’accès à des informations précises et fiables (aussi bien en ligne qu’en personne) sur la migration à l’étranger et sur les opportunités chez eux poussent souvent les jeunes à prendre des risques en migrant de façon irrégulière.

Une étude réalisée par l’OIM dans les communautés ciblées au Nigéria et en Guinée en septembre 2019 a révélé que 54 pour cent des 699 personnes interrogées âgées de 13 à 40 ans n’avaient ni entendu, ni lu d’informations sur les dangers de la migration irrégulière au cours de l’année écoulée.

En outre, 61 pour cent ont indiqué que leurs amis étaient leur principale source d’information sur la migration et 60 pour cent ont déclaré qu’ils obtenaient généralement leurs informations sur les possibilités locales par le bouche-à-oreille. Plus de la moitié des personnes interrogées ont déclaré qu’il était difficile de trouver des informations fiables sur la migration et sur les possibilités locales.

Les campagnes WAKA en Guinée et au Nigéria ont été éclairées par des ateliers participatifs avec les membres de la communauté, une pré-enquête et des débats de groupe au cours desquels des ébauches du contenu vidéo ont été testées auprès du public ciblé. L’étude évaluant les vidéos et la campagne, y compris après les sondages, est en cours et les résultats seront disponibles début 2020.

WAKA by IOM X a été produite avec les membres de la communauté et les représentants gouvernementaux à Matoto, en Guinée, et à Oredo et Ikpoba Okha, au Nigéria, et a été financée par le gouvernement de la République fédérale allemande.

Rendez-vous sur WAKAwell.info pour voir la campagne. 

Pour plus d’informations, veuillez contacter Florence Kim, Bureau régional de l’OIM pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale. Tel. +221786206213, email : fkim@iom.int

  • Les participants au lancement médiatique de WAKA Well au Nigéria. Photo : OIM