Promouvoir la migration dans les discussions mondiales sur la santé

L’OIM et l’OMS collaborent étroitement depuis des dizaines d’années, notamment au titre d’un mémorandum d’accord officiel signé en 1999 et renouvelé en janvier 2019. À la demande des États Membres de l’OMS, l’OIM a étroitement collaboré à l’élaboration de plusieurs processus des organes directeurs de l’OMS axés sur la promotion de la santé des migrants et des réfugiés, tels que la résolution de l’Assemblée mondiale de la Santé sur la promotion de la santé des réfugiés et des migrants, le cadre sur les priorités et les principes directeurs de la promotion de la santé des réfugiés et des migrants, ou encore les rapports sur l’analyse de la situation et les pratiques visant à répondre aux besoins sanitaires des réfugiés et des migrants. Le cadre de l’OMS susmentionné est cité explicitement dans le contexte des actions et engagements en matière de santé figurant dans le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières et le Pacte mondial sur les réfugiés. La mention de ce cadre dans les deux pactes mondiaux est un exemple de cohérence politique et d’intégration de la santé dans des cadres de gouvernance des migrations. Par ailleurs, l’OIM a apporté son concours à l’OMS et à ses États Membres d’un bout à l’autre de l’élaboration du plan d’action mondial sur la promotion de la santé des réfugiés et des migrants, et continuera de collaborer à sa mise en œuvre.

Signature, en janvier 2019, du mémorandum d’accord renouvelé entre l’OIM, représentée par son Directeur général, António Vitorino, et l’OMS, représentée par son Directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

L’OIM participe à de nombreuses initiatives mondiales, telles que le groupe de travail intergouvernemental sur la santé des immigrants et des réfugiés (Intergovernmental Immigrant and Refugee Health Working Group) ; la Plateforme internationale sur la mobilité des travailleurs sanitaires ; le Groupe de travail sur la tuberculose et les migrations de l’Union internationale contre la tuberculose et les maladies respiratoires ; le Comité permanent interorganisations (IASC) ; le groupe sectoriel de la santé ; et le Réseau mondial d’alerte et d’action en cas d’épidémie (GOARN). L’OIM participe en outre à des réunions de haut niveau, et notamment à des réunions des comités régionaux de l’OMS et des réunions de l’Assemblée générale des Nations Unies, telles que les réunions de haut niveau sur la lutte contre la tuberculose et sur la prévention des maladies non transmissibles, tenues en septembre 2018, et la réunion de haut niveau de 2019 sur la couverture sanitaire universelle.