Il n'est jamais trop tard pour redresser des torts, estime l'oim à l'occasion de la journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste

Date Publish: 
Jeudi, January 25, 2007 - 16:00
Region-Country: 
Suisse
Europe fr

A l'occasion de la journée internationale de
commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste
et après avoir mené à son terme – au
bout de six ans–le programme de dédommagement des
victimes des persécutions nazies, l'OIM estime avoir
démontré qu'il n'est jamais trop tard pour
reconnaître et réparer des injustices.

„La reconnaissance et la réparation des injustices
passées sont des éléments importants du
processus de réconciliation et de reconstruction au
lendemain d'une crise. Avec le Programme allemand de
dédommagement du travail forcé (GFLCP), nous avons la
conviction d'avoir fait oeuvre de justice, dans une certaine
mesure,“ a déclaré le Directeur
général de l'OIM, M. Brunson McKinley.

Le GFLCP, qui est à présent officiellement
clôturé, a versé des indemnités à
plus de 80 000travailleurs forcés ou réduits en
esclavage et à 1766 victimes d'expériences
médicales et autres préjudices corporels, et a
effectué 15 550 paiements en réparation de pertes de
biens subies sous le régime nazi. De plus, les
héritiers de plus de 16 000 travailleurs forcés
décédés ont été
indemnisés en leur nom. Conformément à la Loi
portant création de la Fondation allemande, les travailleurs
ayant été réduits en esclavage se sont vu
accorder une indemnité de 7 669 €, contre 2556 €
pour les travailleurs mis de force au travail dans l'industrie, et
1022 € pour ceux mis de force au travail dans l'agriculture.
Les héritiers légitimes ont reçu des
indemnités inférieures à celles des
survivants. Certains ont estimé que ce programme, mis sur
pied 55 ans après la fin de la seconde guerre mondiale au
nom de la Fondation allemande „ Mémoire,
responsabilité et avenir“, venait
décidément trop tard, dans la mesure où de
très nombreuses victimes sont déjà
décédées. L’OIM a donc dû agir
rapidement et efficacement pour éviter de nouvelles
déceptions et frustrations parmi les victimes
survivantes.

„Les nombreux messages et lettres de remerciement que
l'OIM a reçus des victimes ont confirmé que ce geste
– car cette indemnisation financière n'était
rien d'autre – avait été
apprécié. Il s'agissait d'une reconnaissance
importante de leurs souffrances“ a ajouté M. McKinley.
„Nous espérons que

ce programme sera perçu comme un modèle pour
d'autres mécanismes de réconciliation et de
réparation faisant suite à un conflit.“

Les bénéficiaires du programme, cofinancé
par le Gouvernement allemand et l'industrie allemande, chacun
à hauteur de 2,56 milliards d'euros, sont répartis
dans plus de 80 pays de par le monde, un grand nombre d'ex-victimes
résidant aujourd'hui en Australie, au Canada, en
ex-Yougoslavie, en Roumanie et aux États-Unis, en plus des
Sinti et des Roms. Quant aux plaignants ayant demandé
réparation pour perte de biens, la majorité d'entre
eux résident en République tchèque, en Pologne
et en Israël. L'OIM est l'une des sept organisations
partenaires auxquelles a été confiée la
tâche d'enregistrer les demandes de dédommagement et
de verser des indemnités aux victimes remplissant les
conditions requises ou à leurs héritiers
légitimes.

Au titre du même programme, l'OIM a également
apporté une assistance humanitaire et sociale à plus
de 70 000 Sinti et Roms nécessiteux d'Europe centrale et
orientale ayant survécu à l'Holocauste. Ces projets
humanitaires et sociaux ont été clôturés
au printemps 2006. Le rapport final du GFLCP sera disponible
à la mi-2007.

“Le programme de dédommagement et ce qu'il a permis
de réaliser ont profondément marqué
l'Organisation et son personnel“ fait observer Norbert
Wühler, directeur des programmes de dédommagement de
l'OIM. „Les récits obsédants des terribles
épreuves relatées par toutes ces personnes
persécutées, tourmentées et
traumatisées à vie par les nazis ont suscité
en chacun des membres du personnel participant au programme une
motivation toute spéciale pour s'impliquer à fond
dans ce dernier et tout mettre en oeuvre pour entrer en contact
avec le plus grand nombre de victimes possibles.“

Au cours des six années écoulées, l'OIM a
acquis un savoir-faire unique dans le domaine du traitement des
demandes et de l'organisation des dédommagements. Sur cette
base, comme sur celle de l'expérience qu'elle a acquise dans
d'autres domaines similaires, elle offre d'ores et
déjà ses conseils spécialisés, son
assistance technique et son savoir-faire dans le domaine du
renforcement de capacités concernant des services du
même ordre dans un certain nombre de situations
héritées de conflits divers.

Pour plus d'informations, veuillez prendre contact avec :

Marie-Agnes Heine, Public Information Officer

IOM Claims Programmes

C.P. 71, CH-1211 Genève

Tel: +41-22-5928220

Fax: +41-22-7986150

E-mail: "mailto:mheine@iom.int">mheine@iom.int