L’Initiative Internationale «Migration et Developpement» Veut Faire de la Mobilite Mondiale un Catalyseur du Developpement

Date Publish: 
Jeudi, September 14, 2006 - 16:00
Region-Country: 
Etats-Unis
America fr

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM)
présente aujourd’hui, dans le cadre du Dialogue de haut
niveau des Nations Unies sur les migrations internationales et le
développement (DHN), un concept toujours en évolution
auquel travaillent de nombreuses organisations, dont le but est de
faire adopter des mesures concrètes permettant la prise en
compte des flux complexes et multidirectionnels qui composent
aujourd’hui la migration de main d’œuvre, de telle
manière que celle-ci contribue utilement au
développement des pays d’origine et d’accueil.

Ce concept d’initiative internationale «Migration et
Développement» (IMDI) vise à créer des
synergies entre les gouvernements, les agences ayant un
intérêt et un savoir faire dans les questions de
migration et de développement, ainsi que le secteur
privé, de façon à mieux faire concorder
l’offre et la demande mondiales de main d’œuvre.

«Le besoin de mieux faire concorder l’offre et la
demande mondiales de main-d’œuvre est au centre du
débat actuel sur la migration. En remédiant à
ce manque de concordance, non seulement on obtiendrait des
résultats significatifs en termes de développement
économique mondial, mais on contribuerait en outre à
lutter contre la migration irrégulière – un
problème qui découle directement de cette
non-concordance entre l’offre et la demande», a
déclaré Brunson McKinley, Directeur
général de l’OIM. «Cette initiative peut
faire beaucoup pour transformer la migration en un puissant moteur
du développement dans l’intérêt de tous
les pays et de l’économie mondiale».

Le marché mondial de l’emploi se trouverait
renforcé par cette initiative IMDI, notamment par la
création d’une source centralisée
d’informations sur les cadres régionaux et nationaux de
régulation des migrations et par le développement des
capacités des gouvernements dans des secteurs cruciaux tels
que la formulation de politiques nationales de l’emploi et la
collecte de statistiques sur les nationaux travaillant à
l’étranger. L’initiative favoriserait en outre la
recherche sur les opportunités, les besoins et les pratiques
en matière migratoire.

«Il est vital que toutes les parties prenantes apportent
leur concours à l’entreprise par leur savoir-faire et
leurs ressources si l’on veut que la communauté
internationale soit en mesure de planifier les besoins de
main-d’œuvre de l’économie mondiale de demain
et de miser dessus de façon efficace et rationnelle, tout en
contribuant au renforcement de la protection des droits des
migrants», a ajouté M. McKinley.

Pour autant qu’ils puissent s’appuyer sur des
directives appropriées, bénéficier d’une
formation adaptée et échanger entre eux des
informations sur les meilleures pratiques existantes et les
enseignements tirés de l’expérience, les
gouvernements se trouveront en bien meilleure position
qu’aujourd’hui pour mettre sur pied des politiques
pragmatiques axées sur la facilitation de la mobilité
nécessaire entre pays d’origine et de destination.

Par ailleurs, l’IMDI inciterait le secteur privé
à promouvoir des normes éthiques en matière de
recrutement, reconnaissant le besoin, pour les pays en
développement, de conserver une partie de leur
main-d’œuvre qualifiée et de veiller à ce
que les travailleurs migrants soient correctement traités
dans les pays d’accueil.

«Si l’IMDI parvient à s’imposer, ce sont
non seulement les migrants qui en profiteront, mais aussi
l’économie des pays industrialisés. Le monde en
développement pourrait se révéler le grand
gagnant d’un système dans lequel les migrants seraient
aidés à réaliser leur propre potentiel
moyennant une formation dans le pays d’origine axée sur
les possibilités d’emploi à
l’étranger, et où ils pourraient ensuite aider
leur propre société à exploiter son potentiel
au moyen du rapatriement de connaissances, de compétences et
de ressources bien nécessaires», a encore
ajouté M. McKinley.

Les consultations internationales récentes sur la
migration, au nombre desquelles figure le Dialogue international de
l’OIM sur la migration, ont souligné la
nécessité d’un marché mondial de
l’emploi mieux géré, capable de faire de la
migration et de la mobilité mondiale quelque chose de
bénéfique pour toutes les parties
concernées.

Pour plus d’informations, merci de contacter:

Jean Philippe Chauzy

IOM

Tel: + 1 347-582-8328

Niurka Pineiro

IOM

Tel: + 1 202 558 8666