Arrivées de migrants en Europe par la Méditerranée en 2017 : 171 635 ; décès en mer : 3 116 -

Posted: 
01/05/18

Genève - D’après l’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, en 2017, 171 635 migrants et réfugiés sont arrivés en Europe par la mer. Un peu moins de 70 pourcent sont arrivés en Italie et le reste était réparti entre la Grèce, Chypre et l’Espagne. A la même date en 2016, ils étaient 363 504 à travers la région.

L’OIM à Rome a rapporté jeudi 4 janvier que d’après les chiffres du Ministère de l’intérieur, 119 310 hommes, femmes et enfants sont arrivés par la mer en Italie en tant que migrants irréguliers l’année dernière, chiffre le plus faible de ces quatre dernières années, depuis que la crise dans la Méditerranée a débuté. L’OIM recueille les données sur les arrivées à travers la Méditerranée depuis 2014 (voir tableau ci-dessous). 

Arrivées par la mer en Italie

PAYS

Total 2014

Total 2015

Total 2016

Total 2017

Italie

170,100

153,842

181,436

119,310

Jeudi, Kelly Namia, de l’OIM à Athènes, a signalé la survenue de dix incidents au large des îles de Lesbos, de Samos, de Chios et de Rhodes pendant les 12 derniers jours de 2017, qui ont nécessité des opérations de recherche et de sauvetage. Les garde-côtes helléniques ont pu secourir 320 migrants et les ont transférés vers ces îles respectives.

D’après Kelly Namia, 795 migrants irréguliers sont entrés en Grèce par la mer pendant la même période même si aucun migrant n’a été recensé pendant trois jours. La journée la plus chargée a été celle du 31 décembre, date à laquelle 217 migrants ont débarqué à Samos et à Lesbos. La veille de Noël a également été très chargée : 177 migrants ont débarqué à Lesbos le 24 décembre, deuxième jour le plus chargée.

Au total, 2 574 migrants sont entrés en Grèce par la mer en décembre, portant le nombre total d’arrivées par la Méditerranée orientale en 2017 à 29 595. A l’instar de l’itinéraire de la Méditerranée orientale vers l’Italie, il s’agit du chiffre le plus faible enregistré depuis quatre ans (voir tableau ci-dessous). 

 

Arrivées par la mer en Grèce

PAYS

Total 2014

Total 2015

Total 2016

Total 2017

Grèce

34,442

853,650

173,614

29,595

IOM’s Missing Migrants Project (MMP) has reported 3,116 deaths in the Mediterranean during 2017, not including at least two deaths recorded in late December, when one body was recovered on the coast of Libya and an 18-month-old child reportedly drowned off Turkey.

­­­

Le Projet de l’OIM sur les migrants disparus (MMP) a fait état de 3 116 décès dans la méditerranée en 2017, sans compter au moins deux décès enregistrés fin décembre : un corps a été découvert au large des côtes libyennes et un bébé de 18 mois se serait noyé au large de la Turquie.

A travers le monde, le MMP a enregistré 5 376 décès en mer pendant le processus de migration entre le 1er janvier et le 31 décembre 2017. Ce total inclut 128 décès de migrants enregistrés en 2017 uniquement dans le Comté de Pima, en Arizona. Le Bureau du médecin légiste du Comté de Pima avait enregistré 159 décès en 2016. Malgré ce faible chiffre, les décès le long de la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique sont restés nombreux en 2017 (369, soit un peu plus d’un par jour) contre 396 en 2016.

Au total, 714 décès de migrants avaient été recensés dans les Amériques en 2016. Ce chiffre a baissé de 15 pourcent en 2017, passant à 607. Principal facteur de cette diminution : l’OIM n’a pour l’instant enregistré aucun décès de migrant en Amérique du Sud en 2017 (contre 32 en 2016), malgré des informations non confirmées de migrants vénézuéliens qui seraient morts l’année dernière dans des accidents en Equateur, au Brésil et au Chili. Dans le contexte de la crise actuelle, les Vénézuéliens considèrent chacun de ces Etats comme des pays de destination, où bon nombre entrent par des moyens réguliers, sans avoir besoin d’emprunter des itinéraires secrets qui s’avèrent souvent dangereux. Cela rend plus difficile la classification des décès comme ayant eu lieu « pendant le processus de migration », en particulier si les migrants voyagent en tant que touristes et qu’ils se mêlent à la population locale.

Pendant l’année écoulée, un nombre bien moins important de mouvements irréguliers d’Haïtiens et de Cubains a été enregistré en Amérique du Sud, ce qui peut aussi expliquer la baisse du nombre de décès. Toutefois, les Haïtiens et les Cubains n’ont pas péri en mer en grands nombres en 2017. D’après l’OIM, 156 migrants se sont noyés dans les Caraïbes en 2017, contre 105 en 2016.

Dans le même temps, d’autres régions du monde se sont avérées plus meurtrières que les années précédentes pour les personnes tentant de migrer. L’OIM a enregistré plus du triple du nombre de décès de migrants en Afrique subsaharienne, où 387 hommes, femmes et enfants sont morts en 2017, contre 92 en 2016. L’Asie du Sud-Est a également vu croître le nombre de décès à 298 contre 187 en 2016. Au Moyen-Orient, en 2017, l’OIM a enregistré 214 décès de migrants, contre 114 en 2016 (voir tableau ci-dessous).

L’Europe s’est également avérée plus meurtrière que l’année précédente avec 94 décès enregistrés contre 62 en 2016. Entre le 21 et le 29 décembre, quatre jeunes hommes sont morts alors qu’ils tentaient de migrer à l’intérieur de l’Europe. Près de Calais, en France, un jeune Afghan de 15 ans a été percuté par un camion le 21 décembre et un Erythréen a été écrasé à l’intérieur d’un camion le 29 décembre, pas loin de ce même endroit. Le 27 décembre, un migrant d’une vingtaine d’années est mort en tombant d’un véhicule sur une autoroute dans le sud de la France. Le 28 décembre, le corps d’un quatrième migrant a été découvert du côté grec du fleuve Evros, à la frontière avec la Turquie.

Au total, 5 376 migrants sont décédés en 2017, bien en dessous (précisément d’un tiers) des 7 932 décès recensés en 2016.

Néanmoins, les chercheurs de l’OIM avertissent qu’un certain nombre de sources mondiales - notamment des médecins légistes, des ONG et des services de police - n’ont pas encore produit de rapport sur le nombre total de décès de migrants en 2017. Cela signifie que le nombre de décès de migrants enregistrés en 2017 sera probablement plus élevé. Un décès de migrants a déjà été enregistré par l’OIM en 2018. Le 3 janvier, le corps d’un homme qui s’était noyé en tentant de traverser le Rio Bravo séparant le Mexique des Etats-Unis a été retrouvé près de Tamaulipas.

Les données du MMP sont compilées par le personnel de l’OIM mais proviennent de sources diverses, dont certaines ne sont pas officielles. Pour en savoir plus sur la collecte de données sur les migrants disparus, cliquez ici (en anglais).

Pour consulter les dernières données sur les arrivées et les décès de migrants en Méditerranée, rendez-vous sur : http://migration.iom.int/europe  

Pour en savoir plus sur le Projet sur les migrants disparus : http://missingmigrants.iom.int 

Pour plus d’informations, veuillez contacter :
Joel Millman, OIM Genève, Tel : +41.79.103-8720, Email : jmillman@iom.int   
Mircea Mocanu, OIM Roumanie, Tel :  +40212115657, Email : mmocanu@iom.int  
Dimitrios Tsagalas, OIM Chypre, Tel : + 22 77 22 70 ; E-mail : dtsagalas@iom.int  
Flavio Di Giacomo, OIM Italie, Tel : +39 347 089 8996, Email : fdigiacomo@iom.int
Hicham Hasnaoui, OIM Maroc, Tel : + 212 5 37 65 28 81, Email : hhasnaoui@iom.int  
Kelly Namia, OIM Grèce, Tel : +30 210 9919040, +30 210 9912174, Email : knamia@iom.int    
Julia Black, OIM GMDAC à Berlin, Tel : +49 30 278 778 27, Email : jblack@iom.int
Christine Petré, OIM Libye Tel :  +216 29 240 448, Email : chpetre@iom.int   
Ana Dodevska, OIM Espagne, Tel : +34 91 445 7116, Email : ADODEVSKA@iom.int 
Myriam Chabbi, OIM Tunisie, Tel :  +216 28 78 78 05, Mobile : +216 71 860 312 Ext. 109, Email : mchabbi@iom.int