Définition d’un « migrant » selon l’OIM

Terme générique non défini dans le droit international qui, reflétant l’usage commun, désigne toute personne qui quitte son lieu de résidence habituelle pour s’établir à titre temporaire ou permanent et pour diverses raisons, soit dans une autre région à l’intérieur d’un même pays, soit dans un autre pays, franchissant ainsi une frontière internationale. Il englobe un certain nombre de catégories juridiques de personnes bien déterminées, comme les travailleurs migrants ; les personnes dont les types de déplacement particuliers sont juridiquement définis, comme les migrants objets d’un trafic illicite ; ainsi que celles dont le statut et les formes de déplacement ne sont pas expressément définis par le droit international, comme les étudiants internationaux.

Note : Au niveau international, il n’existe pas de définition universellement acceptée du terme « migrant ». La présente définition a été élaborée par l’OIM pour ses propres besoins et n’implique nullement l’existence ou la création d’une nouvelle catégorie juridique.

Une personne sur 30 est un migrant

Les chiffres constituent généralement le point de départ de la plupart des discussions sur la migration. Comprendre les changements d’échelle, les tendances émergentes et les évolutions démographiques accompagnant les transformations sociales et économiques dans le monde, telles que la migration, nous permet d’expliquer le monde en mutation dans lequel nous vivons et de faire des plans pour le futur. On estimait à 281 millions le nombre de migrants internationaux dans le monde en 2020, soit 3,6 % de la population mondial.

Dans l’ensemble, on estime que le nombre de migrants internationaux a augmenté ces cinquante dernières années. Selon les estimations, 281 millions de personnes vivaient dans un pays autre que leur pays de naissance en 2020, soit 128 millions de plus qu’en 1990 et plus de trois fois plus qu’en 1970.