L’OIM s’attaque au chômage des jeunes au Somaliland

Posted: 
08/06/13

Somalie - D’après une étude réalisée par l’Organisation nationale de la jeunesse du Somaliland (SONYO), l’explosion du chômage, en particulier chez les jeunes qui quittent l’école prématurément et les diplômés universitaires, alimente la migration irrégulière, la toxicomanie et le conflit.

Cette situation contribue à la migration irrégulière de centaines de jeunes qui quittent le pays pour  entreprendre un dangereux périple à travers le désert, pour atteindre l’Europe. Ce mouvement provoque une fuite des cerveaux massive des jeunes qualifiés et semi-qualifiés originaires du Somaliland.

D’après le Programme national de développement du Somaliland, le taux de chômage des jeunes culmine à 75%, beaucoup plus élevé que la moyenne nationale de 61,5% dans les zones urbaines et de 40,7% dans les zones rurales et nomades. Des chiffres non officiels révèlent que non moins de 65 à 70% des 3,5 millions d’habitants du Somaliland ont moins de 30 ans.

L’étude réalisée en décembre 2010 par SONYO en coopération avec l’association hollandaise Oxfam-Novib, indiquait que sur 800 personnes interrogées, seules 25% avaient un emploi.

« Nous ne sommes pas incompétents. Nous ne sommes pas paresseux. Nous voulons continuer à aller à l’école, à recevoir une formation professionnelle et à participer de manière productive au marché du travail. Mais l’absence d’opportunités nous en empêche. Nous quittons le pays pour survivre », déclare Ismail Said Ahmed, l’un des 20 étudiants sélectionnés pour une formation et un stage intensifs de compétences générales mis en œuvre par les autorités du Somaliland avec le soutien de l’OIM.

Le programme de formation et de stage de sept mois lancé à Borama, ville frontalière entre Djibouti, l’Ethiopie et le Somaliland, proposera des stages stimulants rémunérés aux étudiants diplômés, au sein des autorités locales et régionales du Somaliland ainsi que dans des sociétés privées.

« Il s’agit d’une excellente opportunité mais nous avons besoin de plus de soutien. Plus de 3 000 étudiants obtiennent leur diplôme universitaire chaque année. Pour pouvoir acquérir les connaissances et compétences nécessaires à une carrière professionnelle ciblée, chaque jeune doit pouvoir faire un stage dans une structure encadrée qui lui apporte une expérience réelle et non au sein d’une entreprise qui n’a pas la volonté de transmettre les compétences nécessaires », déclare Suleyman Hadi, Maire de Borama.

Les 20 étudiants ont été sélectionnés à l’Université d’Amoud, la plus grande des trois universités de Borama. Ils ont été choisis en fonction de leurs qualifications et de leurs résultats. Les meilleurs étudiants de chaque faculté ont été retenus pour participer au programme.

Ils seront formés à des compétences non techniques comme la gestion de projet, le développement du leadership et les principes d’organisation, l’évolution de carrière, la recherche d’emploi, l’entreprenariat et la gestion financière. Les étudiants seront également formés pour lutter contre la migration irrégulière.

« En plus de réduire l’impact négatif de la migration irrégulière, le programme vise à faire augmenter les opportunités d’emploi des jeunes migrants et déplacés internes et de leur communauté d’accueil. Il contribuera en outre à renforcer la capacité des autorités locales en leur proposant des stagiaires qualifiés », déclare Daihei Mochizuki, responsable du programme de moyens d’existence de l’OIM en Somalie.

En collaboration avec les autorités locales, les organisations de la jeunesse et les institutions académiques locales, l’OIM prévoit de mettre en œuvre des programmes de formation similaires à travers le Somaliland, le Puntland et toute la Somalie. Vingt autres étudiants seront choisis pour une formation et un stage à Burao, au Somaliland, dans les prochaines semaines.

Les projets de moyens d’existence de l’OIM au Somaliland sont financés par le gouvernement japonais.

Pour plus d’informations, veuillez contacter

Daihei Mochizuki
OIM Somalie
Tel +254 739851650
Email: DMochizuki@iom.int