Ne laissons personne pour compte : appel à l’action pour la santé des migrants

Posted: 
02/24/17
Themes: 
Migration Health

Sri Lanka - Les responsables mondiaux de la santé ont adopté, hier, la Déclaration de Colombo, qui appelle à la collaboration internationale afin d’améliorer la santé et le bien-être des migrants et de leur famille. Cette mesure vise à traiter les problèmes de santé qui se posent de plus en plus aux populations mobiles.

La déclaration a été adoptée lors de la journée de clôture de la 2nde Consultation mondiale sur la santé migratoire, organisée par le gouvernement du Sri Lanka, l’OIM et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) à Colombo, au Sri Lanka.

Le Président sri lankais, Maithripala Sirisena, s’est exprimé lors de la réunion, à laquelle ont participé des hauts responsables de la santé publique de plus de 40 pays.

« Protéger la santé des populations mobiles est un impératif en matière de santé publique et de droits de l’homme. Garantir le plus haut niveau de santé pour tous, y compris les migrants et les réfugiés, est une chose à laquelle nous devons aspirer et est essentiel pour atteindre l’Objectif de développement durable (ODD) de ne laisser personne au bord du chemin », a déclaré le Dr. Poonam Khetrapal Singh, Directeur régional de l’OMS pour l’Asie du Sud-Est.

Avec environ un milliard de migrants dans le monde aujourd’hui, soit une personne sur sept, les besoins de santé des migrants sont immenses. Pourtant, les systèmes de santé ont du mal à s’adapter et l’accès des migrants aux services de santé varie grandement et est souvent inadéquat.

« La santé des migrants doit être considérée comme une question d’intérêt mondial et les ODD doivent être interprétés en associant l’appel à faciliter une migration effectuée dans le bon ordre, dans la sécurité et de manière responsable (ODD 10.7) et la concrétisation de la couverture santé universelle (ODD 3.8) », a déclaré le Dr. Davide Mosca, Directeur de l’Unité de la santé migratoire de l’OIM. « Ces objectifs ne peuvent être atteints qu’en mettant en œuvre des politiques migratoires bien gérées et coordonnées qui incluent la protection face au risque financier et l’accès équitable à des services de santé de qualité. »

Les délégués ont convenu que les systèmes de santé devaient être renforcés pour fournir des services de santé équitables, non-discriminatoires et centrés sur les migrants. Ils ont fait remarqué que répondre aux besoins de santé des migrants réduisait les coûts sanitaires et sociaux à long terme, renforçait la sécurité sanitaire et contribuait au développement socioéconomique.

La Déclaration de Colombo appelle à intégrer la santé des migrants dans les programmes nationaux, régionaux et internationaux et encourage la solidarité internationale pour élaborer des politiques de santé migratoire équitables, un programme de recherché partagé et des cadres mondiaux garantissant la protection de la santé des migrants.

La dynamique générée par la Consultation globale sera reproduite lors de l’Assemblée mondiale de la santé - réunion annuelle de l’OMS - en mai 2017, où 194 pays délibèreront sur les mesures prioritaires à mettre en place pour protéger le droit des migrants à la santé.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Manuela Altomonte, siège de l’OIM, Tel: +41 76 65 08616, Email: maltomonte@iom.int. ou le Dr. Susie Perera, Ministère sri lankais de la santé, Tel: +94 777588944, Email: susiepds@gmail.com

Sri Lankan government, WHO and IOM representatives at the closing ceremony of the 2nd Global Consultation. Photo: IOM.