Six semaines après le typhon Mangkhut, le nord des Philippines se prépare pour Yutu

Posted: 
10/30/18

Manille - L’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, annonce que le typhon Yutu (localement appelé « Rosita ») s’est abattu au nord des Philippines ce matin, accompagné de pluies battantes et de vents forts, d’après le personnel de l’OIM déployé dans la zone suite au typhon Mangkhut (localement appelé « Ompong »), un autre super typhon qui a suivi le même chemin et semé la destruction à travers l’île de Luzon, le 15 septembre.

Hier, 29 octobre, les Philippines ont augmenté le niveau d’alerte et commencé à évacuer certaines communautés côtières sur le passage du typhon, qui enregistre des vents soutenus de 150 km/heure, avec des points à 185 km/h, pouvant présenter un risque de forts orages, de glissements de terrain et d’inondations provoqués par les vents violents et les fortes chutes de pluie. 

Yutu s’est affaibli depuis vendredi, lorsqu’il enregistrait des vents de plus de 270 km/h, ravageant les îles Mariannes dans le Pacifique Ouest, soulevant les toits, retournant les véhicules et coupant les réseaux d’électricité et d’eau. 

A Itogon, dans la province de Benguet, où des dizaines de personnes ont péri dans des glissements de terrain provoqués par Mangkhut, les familles déplacées se préparent à l’arrivé de Yutu et au déplacement. Le Département de la protection sociale et du développement de la région administrative de la Cordillère et le gouvernement local ont préventivement évacué des centaines de familles dans les zones exposées aux glissements de terrain et le personnel de l’OIM a recensé plus de 400 familles réfugiées dans le Centre d’évacuation d’Itogon hier soir. 

L’OIM et les Services du Secours catholique, qui collaborent avec les partenaires gouvernementaux pour fournir des abris aux personnes dans la zone sinistrée par Mangkhut, se tiennent prêts à fournir une aide complémentaire.

« Bon nombre de ces personnes sont extrêmement vulnérables et font désormais face à une deuxième série de déplacement seulement six semaines après le passage de Mangkhut, qui a détruit leurs habitations et moyens de subsistance. L’OIM souhaite continuer à soutenir le gouvernement dans les zones où il en a besoin, quelles que soient les domaines d’intervention : suivi du déplacement, abris, coordination et gestion des camps, activités psychosociales ou efforts de relèvement rapide », a déclaré Kristin Dadey, chef de mission de l’OIM aux Philippines. 

Les équipes d’intervention rapide de l’OIM sont également pré-positionnées dans la Cordillère et dans la vallée de Cagayan pour collaborer avec les acteurs gouvernementaux en vue de surveiller et d’évaluer l’impact du passage de Yutu à l’aide de la Matrice de suivi des déplacements (DTM) de l’OIM. La DTM est un système de collecte de données financé par le Bureau du Département d’Etat américain chargé de l’aide en cas de catastrophe à l’étranger (OFDA), qui cartographie le déplacement et évalue les besoins des personnes déplacées. 

Les équipes de l’OIM dans la zone interviennent auprès des survivants de Mankghut dans le cadre d’un projet d’un million d’euros financé par le Service de l’Union européenne à la protection civile et à l’aide humanitaire (ECHO). Le projet fournit des abris de transition et d’urgence, des kits de réparation d’abri, des aides à la location et des formations pour « mieux reconstruire » (Build Back Better and Safer) aux 1 710 familles sinistrées. 

Mangkhut a touché quelque 368 000 familles, détruisant leurs cultures et habitations. Mais l’évacuation préventive de milliers de personnes par le gouvernement a sauvé de nombreuses vies, la majorité des victimes étant mortes dans le glissement de terrain à Itogon, qui a fait plus de 100 morts. 

Pour plus d’informations, veuillez contacter Kristin Dadey, OIM Philippines, Email : kdadey@iom.int, Tel : +63 917 803 5009

  • Une personne évacuée est interrogée dans l’école qui sert de centre d’évacuation à Itogon. Photo : OIM