XXIe siècle

2000

 

L'OIM aide quelque 150.000 Kosovars à rentrer dans leurs foyers et organise le retour par la route, par la mer et par voie aérienne d'environ 140.000 réfugiés du Timor oriental.

L'OIM entreprend un programme d'identification et de dédommagement des victimes du régime nazi soumises au travail forcé en Allemagne.

Le cap du 11 millionième migrant assisté par l'OIM est franchi.

2001

 

Les convois routiers de l'OIM livrent aux Afghans déplacés à l'intérieur des frontières des milliers de couvertures et autres articles non alimentaires depuis les pays voisins. En Inde, l'OIM construit des logements pour les victimes du tremblement de terre du Gujarat. En Afrique de l'Ouest, l'OIM aide 30.000 réfugiés sierra-léonais à regagner leurs foyers depuis la Guinée. Après avoir lancé une campagne d'information mondiale, l'OIM reçoit et enregistre plus de 300.000 demandes de dédommagement, soit le quadruple de ce qu'avait prévu ses interlocuteurs allemands.
2002

 

L'OIM coordonne l'aide aux Afghans déplacés à l'intérieur des frontières dans les camps du Nord et de l'Ouest du pays et aide environ 400.000 d'entre eux à regagner leurs villages. La réinstallation aux Etats-Unis de plus de 11.000 Bantous somaliens se trouvant au Kenya débute par leur transfert dans le camp de réfugiés de Kakuma, dans la partie Nord-Ouest du Kenya, où l'OIM procède à des examens médicaux et assure des séances d'orientation culturelle. L'OIM verse un premier paiement à près de la moitié des anciens travailleurs forcés ou réduits en esclavage dont la demande a été jugée recevable. Dans plusieurs pays d'Europe orientale, l'OIM lance ses programmes humanitaires et sociaux en faveur des Roms et de membres d'autres groupes persécutés sous le régime nazi.
2003

 

Grâce au dialogue international sur la migration qu'elle a instauré, avec pour thème central « la migration dans un contexte de mondialisation », l'OIM tient désormais un rôle plus visible en aidant à mieux faire comprendre le phénomène migratoire et en contribuant à l'élaboration de politiques dans ce domaine. Ce dialogue international a trouvé son complément à l'occasion d'ateliers organisés à l'intention de décideurs, sur les thèmes « collecte et gestion de données » et « commerce et migration ». En sa qualité de secrétariat de l'Initiative de Berne, l'OIM met au point le concept d'un cadre de principes directeurs destinés à faciliter la coopération dans le domaine de la gestion des flux migratoires: le projet d'agenda international pour la gestion des migrations.

Sur le terrain, l'OIM vient en aide à plus de 6.000 nationaux de 19 pays tiers qui fuient les hostilités en Iraq. En Afghanistan, elle continue d'assurer une aide au retour et à la réintégration en faveur des déplacés internes. Au Kosovo, son action qui était jusque là axée sur la gestion d'une situation de crise, s'oriente désormais vers des activités de longue durée censées favoriser la stabilisation de la population. En Colombie, les programmes de l'OIM viennent en aide aux personnes qui ont été déplacées par les conflits et aux ex-enfants soldats. Avec 2003 s'achève la troisième année d'engagement de l'OIM dans le cadre du Programme allemand de dédommagement du travail forcé (GFLCP) et du Programme relatif aux avoirs des victimes de l'Holocauste/Banques suisses (HVAP). Quant aux Programmes humanitaires et sociaux (HSP), ils ont permis la mise en œuvre de 52 projets pour une valeur globale de plus de 18,7 millions de dollars en faveur de catégories spécifiques de victimes résidant dans 12 pays d'Europe centrale et orientale.

Le cap du 12 millionième migrant assisté par l'OIM est franchi.

2004

 

Conjointement organisé avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Centre de lutte contre les maladies (CDC), le séminaire mondial de l'OIM sur le thème « Migration et santé » réunit pour la première fois des responsables de la sphère sanitaire et de la sphère migratoire qui peuvent ainsi procéder à un échange de vues sur les problèmes rencontrés en matière de politique sanitaire et de politique migratoire, l'accent étant plus particulièrement mis sur les incidences de la mobilité croissante des populations sur la santé publique. Lors du Conseil de l'OIM, la principale session du Dialogue international sur la migration est articulée autour du thème « Evaluation et mise en valeur de la migration, coûts, avantages opportunités et défis de la migration ».

En collaboration avec l'Organisation des Nations Unies et le Gouvernement soudanais, l'OIM met sur pied des opérations destinées à venir en aide aux déplacés internes dans la région du Darfour. En Thaïlande, l'OIM lance un programme ayant pour but de réinstaller quelque 12.000 réfugiés hmongs aux Etats-Unis. C'est elle qui se voit confier la mise sur pied de la plus vaste opération jamais effectuée d'enregistrement d'électeurs et d'organisation d'élections depuis l'étranger. Ce sont ainsi 846.776 réfugiés afghans résidant au Pakistan et en Iran qui ont pu prendre part, le 9 octobre 2004, à la toute première élection au suffrage direct organisée en Afghanistan pour le choix d'un président.

2006

 

L'OIM commence à réinstaller les 120 000 réfugiés du Myanmar provenant de camps situés sur la frontière thaïlando-birmane. Ces personnes, qui appartiennent pour la plupart à l'ethnie Karen, s'apprêtent à commencer une nouvelle vie aux Etats-Unis.

L'OIM contribue par un soutien logistique et son savoir-faire en matière de gestion des camps aux secours apportés en réponse au tremblement de terre à Yogyakarta (Indonésie), au conflit au Timor-Leste, et au typhon Durian aux Philippines. Au Moyen-Orient, l'OIM rapatrie du Liban plus de 13 000 ressortissants de pays tiers, essentiellement des travailleurs migrants, durant le conflit qui secoue le pays en juillet et en août.

Dans le cadre de ses efforts de reconstruction en Indonésie après le tsunami, l'OIM construit 3 960 logements temporaires et permanents, dont quelque 572 foyers permanents sont en cours de construction. L'OIM construit en outre plus de 200 écoles en collaboration avec le Fonds des Nations Unies pour l'enfance, et met en place plusieurs antennes médicales. A Sri Lanka, elle achève l'installation de plus de 5 700 abris provisoires et aménage des écoles temporaires, des aires de jeux, des centres communautaires et des bureaux administratifs sur les lieux d'installation des abris. L'Organisation continue de porter assistance aux victimes du tremblement de terre survenu en Asie du Sud en octobre 2005, et assure la formation d'équipes d'intervention d'urgence au Pakistan.

L'OIM intensifie ses efforts de lutte contre la traite dans le monde entier en nouant de nouveaux partenariats avec les pouvoirs publics et la société civile, et resserre sa collaboration avec des institutions religieuses de diverses confessions pour mettre en œuvre ses programmes. Elle effectue des études sur la traite des personnes en Afrique, en Asie du Sud-Est et dans l'Ouest de la Communauté d'Etats indépendants (CEI).

A la fin de décembre, l'OIM achève de régler les paiement dus au titre de plus de 80 000 demandes de dédommagement pour travail forcé ou exercé en situation d'esclavage, et effectue plus de 15 000 paiements au titre de demandes de dédommagement pour pertes de biens sous le régime nazi. Les héritiers de quelque 16 000 travailleurs forcés ou réduits en esclavage décédés reçoivent ces indemnités en leur nom.

2007

 

Au Soudan, l'OIM lance conjointement avec les Nations Unies, le Gouvernement d'unité nationale et le Gouvernement du Sud-Soudan une vaste opération d'aide à quelque 120 000 personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays pour qu'elles puissent quitter les camps de Khartoum et retourner chez elles au Sud-Soudan.

L'Organisation contribue à la réinstallation, aux Etats-Unis, du premier groupe de réfugiés burundais en provenance de Tanzanie, qui avaient fui des affrontements ethniques dans leur pays natal plus de 30 ans auparavant. Quelque 8 500 Burundais devront être réinstallés au cours des deux années suivantes.

L'OIM continue de fournir une assistance humanitaire aux personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays en Iraq, dont le nombre est estimé à 2,4 millions de personnes. Elle apporte également une aide d'urgence aux populations victimes de la tempête tropicale Noël en Haïti et dans la République dominicaine, et à celles qui ont été déplacées par d'autres catastrophes naturelles en Angola, en Ethiopie, au Ghana, au Mozambique, au Soudan, en Ouganda, au Mexique, au Pérou, au Pakistan, en Afghanistan et en Indonésie.

L'OIM et l'UNFPA organisent à Bangkok un séminaire d'experts international sur les incidences des changements climatiques progressifs sur la migration, les effets des modifications extrêmes de l'environnement et l'impact de la migration sur l'environnement.

La première réunion du Forum mondial sur la migration et le développement (FMMD) a lieu à Bruxelles. A cette occasion, l'OIM pilote les préparatifs d'une table ronde intitulée « Les processus de consultation régionale sur la migration et le développement : faire progresser la coopération ». Le FMMD est une tribune internationale qui permet aux gouvernements des pays développés et en développement de débattre de solutions concrètes pour renforcer les liens positifs entre la migration et le développement.

2008

 

L'OIM intervient en réponse au cyclone Nargis qui s'est abattu sur le Myanmar, faisant 140 000 morts ou disparus et touchant 2,4 millions de personnes. L'Organisation intervient promptement au Zimbabwe pour stopper la propagation d'une flambée de choléra, et porte assistance aux victimes de diverses situations d'urgence en Haïti, en Afrique du Sud, en Géorgie, au Mozambique, au Yémen, au Honduras, en Angola, en Bolivie et au Pakistan.

L'OIM continue d'apporter une aide humanitaire à des milliers de familles iraquiennes déplacées à l'intérieur de leur propre pays, alors que s'amorcent des retours à Bagdad. Au Timor-Leste, elle soutient les efforts pilotés par le Gouvernement pour faciliter le retour et la réintégration de quelque 5 900 familles déplacées par les troubles civils en 2006.

L'OIM aide plus de 8 000 réfugiés bhoutanais d'origine népalaise à quitter des camps situés dans l'est du Népal et à se réinstaller aux Etats-Unis, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Ces réfugiés s'étaient enfuis du Bhoutan à la fin des années 80 et au début des années 90 après la décision prise par les autorités du pays de révoquer leur citoyenneté.

2009

 

L'Organisation fournit des abris et des articles non alimentaires à quelque 180 000 personnes déplacées en raison de combats au Pakistan. Elle vient en aide à environ 300 000 personnes déplacées en raison du conflit dans le nord de Sri Lanka. Elle fournit en outre une assistance humanitaire aux survivants du typhon Ketsana, aux Philippines, et du tremblement de terre qui a sévi à l'ouest de Sumatra, en Indonésie.

L'OIM aide quelque 44 000 réfugiés à quitter la Zambie pour retourner chez eux, dans la République démocratique du Congo.

L'OIM engage les consommateurs à contribuer plus activement à la lutte contre la traite des êtres humains dans le cadre de sa campagne « Buy Responsibly ». En encourageant le public à se demander ce qui se cache derrière les produits qu'il achète, cette campagne insiste sur la nécessité de supprimer la demande de main-d'œuvre exploitée et victime de la traite pour fournir des produits bon marché et dégager d'énormes bénéfices.

2010

 

L'OIM s'empresse de venir en aide à Haïti en réponse au tremblement de terre survenu en janvier, qui a coûté la vie à plus de 200 000 personnes et laisse 1,9 million d'autres sans abri. Par la suite, l'OIM contribue à lutter contre la propagation du choléra parmi les populations déplacées, à reconstruire des logements, et à restaurer des moyens de subsistance.

Au Pakistan, l'OIM intervient rapidement en réponse à l'une des plus graves inondations de l'histoire de ce pays, qui a endommagé 1,7 million de maisons et laissé 11 millions de personnes sans abri. A Sri Lanka, elle apporte une aide d'urgence à des milliers de personnes touchées par des inondations, des précipitations et des glissements de terrain.

A la fin de l'année, l'OIM a réinstallé 69 000 réfugiés du Myanmar, et 40 000 réfugiés bhoutanais du Népal.