L’OIM fait appel à la biométrie pour aider les déplacés en République démocratique du Congo

Posted: 
05/05/15

DRC - L’OIM a démarré la vérification biométrique des déplacés internes pendant la distribution d’aide alimentaire dans les sites de déplacement dans la province du Nord Kivu, à l’est de la République démocratique du Congo (RDC).

L’exercice de vérification, conçu pour accroître la responsabilité et lutter contre la fraude, a débuté en février 2015 et couvrira les sites de déplacement à Nzulo, à Buhimba et à Shasha.

L’absence de documents d’identité des déplacés internes à l’est de la RDC pose un problème pour cibler l’aide humanitaire. Près de 80% des adultes vivant dans les sites n’ont aucun document d’identité. Pour y remédier, l’OIM a lancé un projet pilote d’enregistrement biométrique dans huit sites de déplacement autour de la ville de Goma en juin 2014.

Entre juin 2014 et avril 2015, l’OIM a relevé les empreintes digitales de près de 16 000 déplacés internes. Dans le cadre des distributions de nourriture, les informations recueillies sont utilisées pour s’assurer que l’aide humanitaire parvienne aux plus vulnérables et éviter la redondance et la fraude.

« Relever les empreintes digitales permet l’identification unique de chaque bénéficiaire pour éviter le double enregistrement ou la fraude », a déclaré Flora Camain, chargée de la gestion de l’information à l’OIM au Nord Kivu. « L’aide profite à tous ceux qui sont enregistrés dans la base de données. De cette manière, nous pouvons nous assurer que l’aide parvienne bien aux personnes auxquelles elle est destinée. »

Le projet a été élaboré pour rendre des comptes aux populations touchées, qui avaient exprimé des inquiétudes concernant le double enregistrement profitant à certains déplacés internes, au détriment d’autres personnes nécessiteuses.

Les opérations de vérification biométrique sont mises en œuvre en collaboration étroite avec les partenaires, notamment le Programme alimentaire mondial (PAM) et World Vision International (WVI), qui fournissent et distribuent respectivement de la nourriture, Première-Urgence – Aide Médicale Internationale (PU-AMI), partenaire de gestion des camps de l’OIM, et la Commission nationale pour les réfugiés (CNR), qui représente les autorités congolaises dans les sites de déplacement.

Le projet sera étendu à d’autres sites de déplacement coordonnés par l’OIM au Nord Kivu et les partenariats seront élargis en vue d’intégrer d’autres fournisseurs de services travaillant dans les sites de déplacement.

En RDC, l’OIM dirige conjointement le Groupe de travail dans les sites de déplacement (DSWG) avec le HCR, représentant le secteur de la coordination et de la gestion des camps dans le pays.

L’OIM garantit la gestion et la coordination efficaces de la réponse humanitaire pour 69 000 déplacés internes dans 29 sites de déplacement. Elle recommande l’intensification de l’aide humanitaire et le développement de stratégies d’identification et d’enregistrement fiables des déplacés internes.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Flora Camain, OIM RDC, Tel.: +243 (0)81 512 4095 / +243 (0)97 325 1666, Email: fcamain@iom.int                    

Le personnel de l’OIM aide les déplacés internes à s’enregistrer dans un site au Nord Kivu, en République démocratique du Congo, pendant un exercice de vérification afin d’accroître la responsabilité. © OIM 2015
Le personnel de l’OIM aide les déplacés internes à s’enregistrer dans un site au Nord Kivu, en République démocratique du Congo, pendant un exercice de vérification afin d’accroître la responsabilité. © OIM 2015